Marchés en bref / Publié le .

Avril 2021 - Les plans de soutien dictent la marche

Les taux d’intérêt ont très peu bougé en avril et, conséquemment, le marché obligataire a fait du sur-place. La hausse des marchés boursiers, elle, s’est poursuivie, à tout le moins au sein de la majorité des régions.
MARCHÉS EN BREF

Les signes d’accélération de la croissance ont continué, notamment à travers le cours du prix du pétrole, celle-ci s'étant appréciée de plus de 7 %. Ceci a bien servi le dollar canadien, qui est demeuré fort face à l’ensemble des devises étrangères. Ce gain additionnel du prix du brut ne s’est toutefois pas traduit en un élan favorable pour le secteur de l’énergie, qui s’est retrouvé à la queue du peloton dans bon nombre d’endroits sur le globe.

Marché canadien
Le marché boursier canadien a maintenu le cap avec un gain, tel que mesuré par l’indice MSCI Canada, de 2,3 %. Bien qu’une majorité de secteurs ait clôturé le mois en territoire positif, ceux qui ont le plus contribué au rendement ont été ceux des matériaux, de l’immobilier et de la consommation discrétionnaire. À l’inverse, ceux des soins de santé, de l’industrie et des services aux collectivités ont été les seuls à retrancher de la valeur. Le marché obligataire est de son côté demeuré au neutre, le rendement courant étant amputé par un léger recul des obligations souveraines d’échéance à long terme.

Marché américain
Le généreux plan de soutien de l’administration Biden porte fruit. Tous les secteurs au sud de la frontière ont de nouveau généré une performance positive en dollar américain au cours de la période. Selon l’indice MSCI É.-U., la performance de ce marché a été de 5,4 % en devise locale et de 3,2 % lorsqu’exprimée en dollars canadiens. L’immobilier, les services de communication et la finance sont les secteurs qui ont le plus contribué au rendement. Parmi les moins performants, on retrouve ceux de l’énergie, des biens de consommation de base et de l’industrie.

Marché européen
Les fluctuations de change n’ont pratiquement pas affecté la performance du marché européen. En effet, telle que représentée par l’indice MSCI Europe, celle-ci a été de 2,5 % en devises locales et de 2,4 % lorsqu’exprimée en dollars canadiens. Le secteur de l’énergie a été le seul à subir une perte. À l’inverse, les plus méritoires ont été ceux des technologies de l’information, de l’immobilier et des biens de consommation de base.

Marché asiatique
Signe que les marchés carburent en bonne partie aux programmes de soutien des gouvernements, les résultats ont été plus modestes au sein des régions où ceux-ci sont moins généreux. À preuve, la performance en Asie a été de 0,5 % en devises locales, selon l’indice de référence MSCI Asie-Pacifique. Lorsqu’exprimée en dollars canadiens, celle-ci est de -0,8 %. Les secteurs des services aux collectivités, de la consommation discrétionnaire et des biens de consommation de base sont ceux qui ont le plus nui au rendement. Les secteurs des matériaux, des technologies de l’information et des services de communication ont, quant à eux, limité les dégâts.

marchés en bref

Marchés émergents
Malgré des résultats plus timides, les marchés émergents ont tout de même renversé la vapeur par rapport au mois précédent. Telle que mesurée par l’indice MSCI Marchés Émergents, la performance a été de 1,6 % en devises locales. Lorsqu’on exprime celle-ci en dollars canadiens, l’impact de l’appréciation de notre monnaie fait en sorte qu’elle se retrouve à 0,3 %. Parmi les secteurs qui ont contribué favorablement, on trouve en tête de liste les matériaux, les soins de santé et l’industrie. À l’autre bout du spectre de performance, on recense l’immobilier, l’énergie et les services aux collectivités.


Sources : Banque du Canada et MSCI Inc.

La présente revue a pour but d’informer nos clients; elle ne doit pas être considérée comme une offre ou une sollicitation visant l’achat ou la vente d’un titre, d’un produit ou d’un service quelconque, ni interprétée comme un conseil de placement précis. Les opinions et estimations exprimées dans ce document sont valides au moment de la publication de celui-ci et peuvent changer. L’information qui s’y trouve provient de sources jugées fiables, mais nous ne pouvons en garantir l’exactitude, l’exhaustivité ni la fiabilité. Le contenu du présent document est la propriété exclusive de Gestion FÉRIQUE et ne doit pas être distribué sans le consentement préalable de Gestion FÉRIQUE.