Marchés en bref / Publié le .

Marchés en bref Revue mensuelle

Novembre 2019 - La performance au rendez-vous malgré tout

Alors que le mois de novembre nous a peu éclairés face aux perspectives économiques mondiales, les bourses, elles, ont continué d’offrir de généreux rendements. L’espoir d’une résolution partielle du conflit commercial entre la Chine et les États-Unis a contribué à cette situation, tout comme l’appui des principales autorités monétaires sur le globe.

MARCHÉ CANADIEN 

Le marché boursier canadien a rebondi suite à sa contre-performance d’octobre. En effet, ce dernier fait bonne figure ce mois-ci avec un gain de 3,6 %, tel que mesuré par l’indice MSCI Canada. De nombreux secteurs ont connu une forte appréciation, particulièrement ceux des technologies de l’information, de la consommation et de l’énergie. Le marché obligataire a lui aussi ajouté de la valeur, notamment via le rendement courant mais également grâce à la contribution des obligations à long terme qui ont profité d’un aplanissement de la courbe de taux d’intérêt. 

MARCHÉ AMÉRICAIN

Chez notre voisin du sud, des signaux positifs en provenance de Washington et de Pékin concernant une entente partielle du différend commercial, ont été accueillis favorablement par le marché. À cela s’ajoutent les attentes du maintien de la politique monétaire accommodante par la Réserve fédérale des États-Unis (Fed), compte tenu de l’absence de pression inflationniste. La performance de 3,8 % en devise locale du marché boursier américain, telle que mesurée par l’indice MSCI É.-U., a été engendrée par de nombreux secteurs dont ceux des technologies de l’information, des soins de santé et de la finance. À l’inverse, ceux des services aux collectivités et de l’immobilier ont connu un rendement négatif. Une légère dépréciation de notre monnaie vis-à-vis du billet vert américain est venue majorer ce gain, de sorte que lorsque l’on exprime celui-ci en dollars canadiens, il en résulte une solide performance de 4,9 %. 

MARCHÉ EUROPÉEN                                                                                                    

L’Europe a également bien réagi face à cet environnement dépourvu de nouvelles importantes. Favorisé par l’amélioration de certaines données manufacturières, le marché européen a enregistré, tel que représenté par l’indice MSCI Europe, un rendement de 2,3 % en devises locales. La fluctuation des monnaies européennes a cependant bonifié ce résultat. Ainsi, l’appréciation de la livre sterling a fait en sorte que lorsque exprimé en dollars canadiens, le rendement pour la période a été de 2,6 %. Plusieurs secteurs y ont contribué, dont ceux des technologies de l’information, de l’industrie et des soins de santé. À l’inverse, celui des services aux collectivités a été à la traîne.

MARCHÉ ASIATIQUE

En dépit de certaines données économiques plus faibles qu’attendues et du mouvement protestataire qui perdure à Hong Kong, le marché asiatique a tout de même enregistré un rendement positif au cours du mois. Lorsque exprimée en devises locales, la performance selon l’indice de référence MSCI Asie Pacifique, a été de 1,3 %. Les soins de santé, les services de communication, ainsi que la consommation discrétionnaire sont les secteurs qui ont ajouté le plus de valeur tandis que les services aux collectivités et l’immobilier sont ceux en ayant le plus retranché. Appuyé par un léger effet de change, le rendement exprimé en dollars canadiens a été de 1,6 % pour la région.

MARCHÉS ÉMERGENTS 

Les marchés émergents sont ceux où la performance a été la plus divisée. Heureusement, du côté des gagnants se trouvaient plusieurs secteurs à forte pondération. Ainsi, la contribution positive de la consommation discrétionnaire et des services de communication, représentant conjointement près du quart de l’indice total, a compensé les pertes des soins de santé et des services aux collectivités. Au final, le rendement en devises locales, tel que mesuré par l’indice MSCI Marchés Émergents, a été de 0,6 %. Les fluctuations de change ont eu un léger impact sur la performance, de sorte que lorsque exprimée en dollars canadiens, celle-ci est haussée à 0,9 %.


Sources: Banque du Canada et MSCI Inc.

La présente revue a pour but d’informer nos clients; elle ne doit pas être considérée comme une offre ou une sollicitation visant l’achat ou la vente d’un titre, d’un produit ou d’un service quelconque, ni interprétée comme un conseil de placement précis. Les opinions et estimations exprimées dans ce document sont valides au moment de la publication de celui-ci et peuvent changer. L’information qui s’y trouve provient de sources jugées fiables, mais nous ne pouvons en garantir l’exactitude, l’exhaustivité ni la fiabilité. Le contenu du présent document est la propriété exclusive de Gestion FÉRIQUE et ne doit pas être distribué sans le consentement préalable de Gestion FÉRIQUE.