Marchés en bref / Publié le .

Octobre 2021 - Les marchés repartent à la hausse

 
MARCHÉS
EN BREF


Octobre 2021 - Les inquiétudes amenées par le variant Delta et son impact sur les marchés boursiers ont été de courte durée. En effet, octobre a été le théâtre d’un rebond important, particulièrement au sein des bourses de l’Amérique du Nord. Le prix du pétrole, quant à lui, a poursuivi sur sa lancée et stimulé l’appréciation de notre monnaie face à la majorité des devises étrangères. Face aux signes que l’inflation se veut plus persistante que prévu, les banques centrales ont devancé leur échéancier de resserrement monétaire et ainsi contribué à une hausse des taux d’intérêt à court et moyen terme.

Fermeture 31-10-2021 Variation vs 30-09-2021 Variation vs 31-12-2020
Taux d'intérêt au Canada (%)
Taux directeur 0,25 0,00 0,00
Produits de base ($ US)
Pétrole (WTI)* 84,64 $ 12,5 % 75,1 %
Or 1 769,15 $ 1,5 % 6,3 %
Devises Variation CAD Variation CAD
EUR / CAD 0,70 3,2 % 8,5 %
JPY / CAD 92,00 4,7 % 12,8 %
USD / CAD 0,81 2,8 % 2,8 %

Sources : Banque du Canada, Réserve fédérale de St-Louis, Agence d'information sur l'énergie des États-Unis. *En date du 25 octobre 2021.

Marché canadien 5,4 % (MSCI Canada 31-10-21)
Le marché boursier canadien a très bien fait en octobre et sa performance a été le fruit de la contribution d’une majorité de secteurs. Parmi les méritoires, on retrouve ceux de l’industrie, de l’énergie et des matériaux. À l’inverse, ceux des soins de la santé, des biens de consommation de base et des services de communication ont le plus peiné. La performance, telle que mesurée par l’indice MSCI Canada, a été de 5,4 % au cours de la période. Le marché obligataire, de son côté, a retranché de la valeur via un aplanissement de la courbe de taux d’intérêt. En effet, le taux des obligations ayant une échéance de 30 ans et plus est demeuré stable, tandis que celui des titres à plus court terme a augmenté.

Marché américain 4,7 % (MSCI É.-U. 31-10-21 en CAD)
Après un mois de septembre décevant, le marché américain a retrouvé le haut du pavé en octobre. Cette performance a par ailleurs été le fruit d’une contribution provenant de l’ensemble des secteurs qui le composent. Ainsi, son rendement en devise locale a été de 7,0 %, selon l’indice MSCI É.-U. La consommation discrétionnaire, l’énergie et les technologies de l’information sont les secteurs qui ont le plus contribué à ce résultat. La vigueur de notre monnaie a toutefois retranché une part de ce gain, de sorte que, lorsqu’exprimé en dollars canadiens, celui-ci se retrouve à 4,7 %.

Marché européen 2,3 % (MSCI Europe 31-10-21 en CAD)
La performance positive a également été bien répartie de l’autre côté de l’océan. En effet, le seul rendement négatif a été celui du secteur des services de communication. Parmi les autres, ceux qui ont le plus contribué à la valeur ajoutée ont été : les services aux collectivités, la consommation discrétionnaire et la finance. Au final, le marché européen a enregistré, tel que représenté par l’indice MSCI Europe, un rendement de 3,8 % en devises locales. Les effets de change entre notre monnaie et les principales devises européennes ont réduit ce gain, de sorte que, lorsqu’exprimé en dollars canadiens, celui-ci se retrouve à 2,3 %.

opt1

Marché asiatique 2,1 % (MSCI Asie-Pacifique 31-10-21 en CAD)
Le rebond a été moins convaincant au sein des autres marchés, notamment en Asie. Là-bas, la majorité des secteurs sont demeurés au rouge. La contribution positive des secteurs de la consommation discrétionnaire, des services de communication et de la finance a toutefois permis à la région de terminer le mois en territoire positif. Ainsi, telle que mesurée par l’indice de référence MSCI Asie-Pacifique, la performance a été de 0,2 % en devises locales. Là aussi, les fluctuations de change ont nui au résultat, de sorte que le rendement exprimé en dollars canadiens se retrouve à -2,1 % pour la période. Les secteurs les moins performants ont été ceux des soins de santé, des services aux collectivités et de l’industrie.

Marchés émergents 1,2 % (MSCI Marchés Émergents 31-10-21 en CAD)
À l’instar du marché asiatique, les marchés émergents ont mieux fait qu’en septembre, mais sans plus. L’apport positif s’est limité aux secteurs de la consommation discrétionnaire, des services de communication et de la finance. À l’inverse, les soins de santé, l’immobilier et les services aux collectivités sont ceux qui ont retranché le plus de valeur. Le rendement en devises locales a été de 0,9 %, tel que mesuré par l’indice MSCI Marchés Émergents. Face à l’appréciation de notre devise, la performance exprimée en dollars canadiens se retrouve à -1,2 % pour le mois.


La présente revue a pour but d’informer nos clients; elle ne doit pas être considérée comme une offre ou une sollicitation visant l’achat ou la vente d’un titre, d’un produit ou d’un service quelconque, ni interprétée comme un conseil de placement précis. Les opinions et estimations exprimées dans ce document sont valides au moment de la publication de celui-ci et peuvent changer. L’information qui s’y trouve provient de sources jugées fiables, mais nous ne pouvons en garantir l’exactitude, l’exhaustivité ni la fiabilité. Le contenu du présent document est la propriété exclusive de Gestion FÉRIQUE et ne doit pas être distribué sans le consentement préalable de Gestion FÉRIQUE.