Marchés en bref / Publié le .

Marchés en bref Revue mensuelle

Juin 2019 - Coup de pouce des banques centrales

Après un mois de mai difficile, les investisseurs ont pu compter sur le support des principales banques centrales du monde au cours de juin. La Réserve fédérale américaine ainsi que la Banque centrale européenne, entre autres, ont rassuré les marchés financiers en indiquant qu’elles fourniraient le stimulus monétaire nécessaire afin de soutenir l’expansion de l’économie. L’ensemble des actifs ont bien réagi à cette nouvelle, notamment les plus risqués tels les actions et les obligations corporatives.

MARCHÉ CANADIEN 

Dans ce rebond généralisé, le Canada est cependant demeuré plus timide que ses pairs. En effet, sa performance de 2,6 % telle que mesurée par l’indice MSCI Canada, fut moins importante qu’ailleurs. Par contre, l’appréciation du dollar canadien vis-à-vis la majorité des devises étrangères a réduit cet écart face aux autres marchés boursiers. Le secteur des Matériaux a largement contribué au rendement au cours de la période, tandis que ceux des Biens de consommation de base et de l’Énergie lui ont nui. Le marché obligataire a également bien performé grâce à un mouvement baissier des taux d’intérêt sur l’ensemble de la courbe ainsi que d’un resserrement des écarts de crédit.

MARCHÉ AMÉRICAIN

Le pays de l’oncle Sam est celui qui a réagi le plus favorablement aux récents signaux d’assouplissement des banquiers centraux. Au cours de juin, selon l’indice MSCI É-U, le marché américain a enregistré un gain de 7,1 % en devise locale. La fluctuation du taux de change entre  le dollar américain et notre monnaie a cependant retranché une partie de cette performance, de sorte que lorsque l’on exprime celle-ci en dollars canadiens, il en résulte un gain plus modeste de 3,5 %. Aucun secteur n’a retranché de valeur au cours de la période. Les contributions au rendement total furent bien réparties à travers l’ensemble des secteurs.

MARCHÉ EUROPÉEN

Le message des autorités monétaires a résonné en Europe également. L’indice MSCI Europe a enregistré un gain de 4,6 % en devises locales. Tous les secteurs à l’exception de l’Immobilier sont à la hausse. La dépréciation des principales devises européennes face au huard a par contre amoindri ce gain de sorte que le rendement n’est que de 3,2 % lorsqu’exprimé en dollars canadiens.

MARCHÉ ASIATIQUE

Le renversement de situation par rapport au mois précédent s’applique particulièrement au marché asiatique. Selon l’indice de référence MSCI Asie-Pacifique, ce marché affiche au cours du mois de juin un rendement de 4,3 % en devises locales. Une fois de plus, la vigueur du dollar canadien a eu un impact, qui s’est soldé par un rendement exprimé en dollars canadiens de 1,9 % pour la région. Tous les secteurs ont contribué positivement à la performance. Ceux qui étaient plus faibles le mois dernier, c’est-à-dire la Consommation discrétionnaire et les Technologies de l’information, ont rebondi et affiché les plus forts gains.

MARCHÉS ÉMERGENTS 

Ici aussi, l’ensemble des secteurs ont enregistré un gain au cours de la période. À l’instar du marché asiatique, ce sont les secteurs de la Consommation discrétionnaire et des Technologies de l’information qui ont le plus fortement contribué à la performance. La fluctuation du dollar canadien face aux devises émergentes a eu son impact, de sorte que la performance au cours de la période, selon l’indice MSCI Marchés Émergents, a été de 4,6 % en devises locales et de 2,7 % en dollars canadiens.


Sources: Banque du Canada et MSCI Inc.

La présente revue a pour but d’informer nos clients; elle ne doit pas être considérée comme une offre ou une sollicitation visant l’achat ou la vente d’un titre, d’un produit ou d’un service quelconque, ni interprétée comme un conseil de placement précis. Les opinions et estimations exprimées dans ce document sont valides au moment de la publication de celui-ci et peuvent changer. L’information qui s’y trouve provient de sources jugées fiables, mais nous ne pouvons en garantir l’exactitude, l’exhaustivité ni la fiabilité. Le contenu du présent document est la propriété exclusive de Gestion FÉRIQUE et ne doit pas être distribué sans le consentement préalable de Gestion FÉRIQUE.