Marchés en bref / Publié le .

Revue des marchés 2015

L’année 2015 s’est déroulée sous le signe de la volatilité pour plusieurs marchés boursiers dans le monde. La baisse du prix du pétrole et le ralentissement de la croissance économique mondiale ont particulièrement attiré l’attention des investisseurs et soulevé d’importantes inquiétudes. 

D’autres événements ont fait fluctuer les marchés, entre autres la croissance spectaculaire de la bourse chinoise jusqu’en août et l’importante correction qui a suivi, la crise de la dette grecque ainsi que les anticipations d’une hausse du taux directeur de la Réserve fédérale américaine. 


Marché canadien

Sur le plan des titres à revenu fixe, le gouverneur de la Banque du Canada a annoncé des baisses-surprises du taux directeur en janvier et en juillet dans le contexte du ralentissement de l’économie canadienne. Plusieurs facteurs ont mené à ces décisions : la persistance de la baisse du prix du pétrole, l'activité économique plus faible qu’attendu en Chine et aux États-Unis ainsi que le fléchissement de la croissance des exportations des produits de base non énergétiques. Pendant l’année, le dollar canadien s’est ainsi déprécié face au dollar américain, passant de 0,862 $ au début de janvier 2015 à moins de 0,720 $ en décembre dernier.

De façon générale, les actions canadiennes ont connu une année difficile. Valeant a fait couler beaucoup d’encre : pendant le premier semestre, ce titre a tiré le marché vers le haut avec une croissance de plus de 50 %. Cependant, son déclin a été tout aussi marqué avec une baisse équivalente, soit environ 50 %, durant le second semestre.

Par ailleurs, la chute du prix du pétrole entamée en 2014 a nui de façon importante à la croissance des provinces de l’Ouest et à la bourse canadienne, constituée à environ 20 % par le secteur énergétique.

Marché américain

Tout au long de l’année, les investisseurs ont tenté d’interpréter les signaux que la Réserve fédérale américaine (Fed) envoyait afin de prévoir s’il y aurait ou non une hausse de taux en 2015. La Fed a contribué aux incertitudes des investisseurs en modifiant ses cibles d’inflation à mesure que l’année avançait. Elle a finalement annoncé un relèvement de 0,25 % du taux directeur en décembre. Était-ce trop tôt ou trop tard ? L’événement est encore trop récent pour en tirer des conclusions. Les investisseurs s’affairent maintenant à analyser les effets de cette hausse. 

Après quelques années de hausses, 2015 s’est déroulée en dents de scie pour les marchés boursiers des États-Unis. Les investisseurs ont commencé à réévaluer les prix des actions en considérant la force du dollar américain qui nuit à la profitabilité des exportateurs, le bas prix du pétrole et les faibles perspectives de croissance un peu partout dans le monde. Les actions en devise locale ont globalement livré des rendements modestes. L’indice S&P 500 a gagné environ 1,4 %. Cependant, les investisseurs canadiens qui détenaient des placements américains sans couverture de change ont été grandement avantagés en raison de l’effet de la devise.

Marchés internationaux

Du côté de l’Europe, la crise de la dette grecque a causé de fortes inquiétudes cet été. Elle s’est conclue par un nouveau plan d’aide, mais une question reste en suspens : les problèmes économiques grecs sont-ils résolus ou la crise refera-t-elle surface ? Par ailleurs, au début de 2015, la Banque centrale européenne a lancé son programme d’assouplissement quantitatif, ce qui a poussé les marchés à la hausse.

La Chine a également retenu l’attention des investisseurs tout au long de l’année, alors qu’elle a évolué en deux phases distinctes. Pendant le premier semestre, la bourse a connu une forte hausse, avec une progression de plus de 40 %. Puis, la seconde partie de 2015 s’est soldée par une correction de près de 20 %.

La banque centrale de Chine a instauré des mesures visant à freiner le ralentissement économique et à se positionner pour un virage d’une économie manufacturière à une économie de consommation. Pour ce faire, elle a mis en place des mesures à court et à long terme comme l'abaissement de son taux directeur et le retrait de sa politique de l’enfant unique. 

Au Japon, la cible d’inflation que s’était donnée le gouvernement Abe en 2013 est arrivée à échéance sans avoir été atteinte. Ce dernier s’est redonné encore deux ans pour y parvenir.

Le marché boursier japonais a connu une autre bonne année. Les efforts de la Banque du Japon auront au moins réussi à faire baisser la valeur du yen, ce qui continue de favoriser les grands exportateurs.

L’année 2015 s’est avérée difficile pour les pays émergents, particulièrement pour le Brésil et la Russie. Ces pays sont encore aujourd’hui en pleine récession et, outre la corruption, leurs problèmes sont nombreux. L’agence de notation Standard & Poor’s a d’ailleurs décoté la dette brésilienne pour la classer au niveau de « pacotille » (junk bond); une véritable leçon pour les futurs organisateurs des Jeux olympiques.

D’autre part, la hausse du dollar américain nuit fortement à plusieurs pays émergents qui effectuent leurs transactions internationales dans cette devise, et particulièrement à ceux qui émettent de la dette en dollars américains. Une dette qui devient ainsi de plus en plus lourde à rembourser.

Performance des Fonds FÉRIQUE en 2015

Dans ce contexte, 7 des 11 Fonds FÉRIQUE ont produit des rendements annuels supérieurs à leur médiane respective. Les fonds d’actions étrangères ont particulièrement brillé par leur performance. Les meilleurs rendements pour la période de 1 an terminée le 31 décembre 2015 ont été produits par les Fonds suivants :
FÉRIQUE Europe (23,1 %)
FÉRIQUE Mondial de Dividendes (21,0 %)
FÉRIQUE Américain (18,9 %)
FÉRIQUE Asie (15,4 %)

Plus de détails sur le rendement des Fonds FÉRIQUE.

Consultez également nos perspectives des marchés pour 2016.

La présente revue a pour but d’informer nos clients; elle ne doit pas être considérée comme une offre ou une sollicitation visant l’achat ou la vente d’un titre, d’un produit ou d’un service quelconque, ni interprétée comme un conseil de placement précis. Les opinions et estimations exprimées dans ce document sont valides au moment de la publication de celui-ci et peuvent changer. L’information qui s’y trouve provient de sources jugées fiables, mais nous ne pouvons en garantir l’exactitude, l’exhaustivité ni la fiabilité. Le contenu du présent document est la propriété exclusive de Gestion FÉRIQUE et ne doit pas être distribué sans le consentement préalable de Gestion FÉRIQUE.