Articles éducatifs / Publié le .

Décaisser votre épargne-retraite sans perdre au change

Vous accumulez sans doute de l’épargne-retraite sous plusieurs formes. Entre REER, CELI, CRI et autres types de comptes, chacun a ses particularités, tant au moment d’y investir que d’en retirer des revenus. Alors, à l’approche de la retraite, il peut être compliqué d’établir dans quel ordre faire le décaissement de ces comptes.

Une mauvaise stratégie de décaissement peut avoir des incidences fiscales majeures et réduire votre épargne disponible. Voilà pourquoi mieux vaut bien planifier vos retraits. Vous pourrez ainsi faire durer votre épargne sans qu’elle s’envole en impôts.
Bienvenue dans le monde complexe du décaissement !

Quelques règles générales
Il existe des recommandations générales pour établir une stratégie de décaissement. Voici d’abord quelques règles qui peuvent vous aider à vous y retrouver.

1. Établissez votre stratégie de décaissement à l’avance
Si possible, préparez votre plan de décaissement quelques années avant de prendre votre retraite. Vous pourrez du même coup évaluer si l’épargne que vous avez accumulée sera suffisante pour combler vos besoins et ajuster le tir si nécessaire. La préparation de votre stratégie vous permettra également de sécuriser les sommes requises en attendant leur retrait.
On recommande généralement d’effectuer les retraits des comptes dans cet ordre : comptes non enregistrés, CELI, puis comptes enregistrés (REER et CRI). De cette façon, vous profitez plus longtemps du report d’impôt lié aux comptes enregistrés. Toutefois, comme chaque situation diffère, les comptes à prioriser peuvent varier d’une personne à une autre. Dans certains cas, il pourrait même être pertinent de retirer des sommes de plus d’un compte à la fois.

2. Sécurisez les sommes nécessaires dans des placements plus prudents
Il pourrait être avantageux de transférer vos fonds à décaisser dans des placements à faible risque une ou deux années à l’avance. Comme le reste de votre portefeuille demeure investi en fonction de votre profil d’investisseur, il a ainsi la possibilité de continuer à fructifier.

3. Déterminez le bon moment pour retirer vos rentes gouvernementales
Plus votre espérance de vie est grande, plus il est avantageux d’attendre avant de toucher votre rente du Régime de rentes du Québec. À moins d’un problème de santé important ou d’un antécédent familial qui vous laisse croire à une courte espérance de vie, vous pourriez donc attendre vos 70 ans pour bénéficier de la rente de la RRQ. En effet, si vous attendez après vos 65 ans pour en faire la demande, votre rente sera bonifiée de 8,4 % pour chaque année de report, et ce, jusqu’à vos 70 ans. Cela représente une hausse de 42 % sur 5 ans.

En ce qui concerne la pension de la Sécurité de la vieillesse, vous trouverez de l’information pertinente dans notre chronique d’octobre 2013 On n'a plus les pensions qu'on avait ! Les montants maximaux des rentes ont toutefois légèrement augmenté depuis. Vous pouvez les consulter ici.

Des avenues à explorer

Selon votre situation, plusieurs stratégies de décaissement sont possibles. Elles peuvent entre autres varier selon votre âge, le type de comptes que vous détenez et le capital que vous avez accumulé. Les informations suivantes peuvent vous éclairer sur certains choix à faire.

Comptes non enregistrés

Lorsque vous prévoyez des retraits de vos comptes non enregistrés, prêtez une attention particulière à l’impact fiscal des gains ou des pertes en capital des fonds que vous rachetez. En comparant la valeur comptable à la valeur marchande des fonds, vous pouvez établir s’il y a gain ou perte en capital et voir lequel de ces scénarios vous est favorable. Attention toutefois à ne pas déséquilibrer la répartition des actifs de votre portefeuille.

REER

Si, à partir de vos 65 ans, vous planifiez faire des retraits de votre REER sans recevoir de pension d’un fonds de retraite, il est avantageux de d’abord convertir le REER en FERR. En faisant cette conversion, vous profiterez du montant pour revenu de pension lors des retraits.

À savoir si vous prévoyez faire des retraits d’un REER tout en sachant que votre revenu augmentera au fil des ans : vous pouvez, quelques années avant d’avoir recours à ces sommes, les retirer et les transférer dans un CELI afin de combler vos cotisations. Vous réduisez ainsi les revenus provenant du REER dans le futur qui, contrairement aux retraits d’un CELI, sont imposables. De cette façon, vous augmentez vos possibilités de profiter de certains programmes gouvernementaux, telle la pension de la Sécurité de la vieillesse.

Compte de retraite immobilisé (CRI)

Également à savoir si vous maintenez d’importantes sommes dans un CRI. Pour utiliser l’argent accumulé dans ce type de compte, vous devez le transférer dans un fonds de revenu viager (FRV) ou une rente viagère. Or, le FRV comporte des limites minimales et maximales annuelles de retrait. Si vous prévoyez que le montant maximum pouvant être retiré de votre FRV sera insuffisant pour combler vos besoins, vous pouvez planifier vos retraits et désimmobiliser des sommes de votre CRI plusieurs années à l'avance pour les transférer à un REER. De cette façon, vous pourrez utiliser ces sommes à votre guise le moment venu.

FERR

Bonne nouvelle si vous êtes en couple : vous pouvez utiliser l’âge de votre conjoint(e) afin de réduire les montants obligatoires à retirer de vos FERR. Comme ces montants augmentent en fonction de l’âge, vous pourriez être avantagé par cette mesure si votre conjoint(e) est plus jeune que vous. Toutefois, ce choix s’effectue à l’ouverture du compte FERR et ne peut pas être modifié par la suite, à moins d'ouvrir un nouveau FERR.

Revenus de retraite excédentaires

Vos revenus provenant de placements tels le REER et le CRI surpassent vos besoins financiers réels ? Vous pouvez alors les réinvestir dans un CELI, si vos droits de cotisation ne sont pas entièrement comblés, ou un compte non enregistré et espérer un rendement supplémentaire. Comme le plafond de cotisation au CELI pour 2015 a été augmenté à 10 000 $, il peut s’agir d’une avenue intéressante.

Enfin, une mesure importante à considérer dans votre stratégie de décaissement est le fractionnement du revenu de pension, qui permet d’importantes économies d’impôt.

Complexe, la planification du décaissement ? Et comment ! N’hésitez pas à consulter notre équipe
du service-conseil.

Pour la joindre, composez le 514 788-6485 (sans frais 1 800 291-0337), du lundi au vendredi, entre 8 h et 20 h (heure de l’Est).
Vous pouvez aussi communiquer par courriel à client@ferique.com pour une réponse dans les 24 à 48 heures ouvrables.